Mairie de Bois-Colombes - 15, rue Charles-Duflos - 01 41 19 83 00

Plan interactif Entre bois-colombiens quoi de neuf à bois colombes ?

Pour consulter les précédents numéros
Index des n°1 à 10 - Index des N°11 à 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67 - 68 - 69 - 70 - 71 - 72 - 73 - 74 - 75 - 76 - 77 - 78 - 79 - 80 - 81 - 82 - 83 - 84 - 85 - 86 - 87 - 88 - 89 - 90 - 91 - 92 - 93 - 94 - 95 - 96 - 97 - 98 - 99 - 100 - 101 - 102 - 103 - 104 - 105 - 106 - 107 - 108 - 109 - 110 - 111 - 112 - 113 - 114 - 115 - 116 - 117 - 118 - 119 - 120 - 121 - 122 - 123 - 124


                          

Parution :
Tous les 2 mois
Tirage :

15 000 exemplaires Rédaction :
Service communication
01 41 19 83 52
Régie publicitaire :

ESER -
01 48 12 00 20


-------------------

Le journal est distribué dans les boîtes aux lettres.
Si vous ne le recevez pas, vous pouvez nous contacter
à cette adresse :
bois-colombes@bois-colombes.com

Valid XHTML 1.0 Transitional

N°59 Juillet/Août 2005

les JBC


Vous souhaitez recevoir un numéro du journal ?
Laissez-nous vos coordonnées à la page indiquée ci-dessous, nous vous l'enverrons dans les meilleurs délais.

Accéder à la page de demande d'envoi postal des JBC



JBC n°59 .Pour revenir en haut de la page, cliquez sur : haut de page
EXTRAITS

aa DOSSIER
BOIS-COLOMBES 1995 - 2005
10 ANS DE CHANGEMENT

Démocratie locale : quand tenir sa parole c’est aussi la donner
Le journal de Bois-Colombes paraît toutes les six semaines et offre, depuis 10 ans, un espace de libre expression aux différents groupes du conseil municipal.
En 1997, une première enquête de satisfaction donne la possibilité aux Bois-Colombiens d’exprimer leur opinion sur l’action municipale en répondant à une quarantaine de questions, une expérience renouvelée en 2002.
Créée en 2001, une délégation à la vie des quartiers permet de coordonner des réunions de concertation où sont développés tous les domaines de la vie municipale.
Depuis 1996, des réunions publiques d’information ont lieu tous les ans dans chaque quartier, permettant d’effectuer un tour d’horizon des actions entreprises par la nouvelle équipe et de répondre aux questions des Bois-Colombiens.

Entreprises : le pari gagné de la reconversion économique
• L’enjeu : le retour des entreprises et la préservation d’un tissu commercial. Cette politique se traduit rapidement par l’ouverture de négociations sur la zone, la création d’une mission de développement économique et d’une lettre d’information en direction des PME et PMI locales.
• Travaux : modernisation du site des Bruyères. En 1998, la municipalité obtient du propriétaire des terrains de moderniser la zone tout en lui conservant sa vocation économique. Après le départ d’Hispano-Suiza en 1999, puis le classement de la soufflerie pour y abriter une école, les travaux de démolition des anciens bâtiments industriels débutent en 2001. En un an seulement, la zone est presque totalement rasée. Commence alors le plus grand chantier de l’histoire de Bois-Colombes. En 2003, plus de 50 000 m2 de bureaux sortent de terre !
• Evènements : l’implantation de Colgate-Palmolive et d’Aviva et le succès du nouveau quartier d’affaires.Colgate-Palmolive emménage dans son nouveau siège social fin 2003. Puis c’est au tour du 5e assureur mondial, Aviva, d’implanter ses bureaux dans trois bâtiments dessinés par Jean-Marie Charpentier en 2005. 2 300 salariés sont concernés par cet emménagement. Pour l’équipe dirigée par Yves Révillon, "l’arrivée de ces entreprises constitue l’aboutissement d’un travail acharné mené durant plusieurs années. C’est aussi la concrétisation d’une promesse faite aux Bois-Colombiens pour garantir l’avenir de la commune. Avec l’arrivée de ces entreprises, les bases d’un renouveau économique sont désormais posées."
• Equipement : en 1999, le marché du centre fait l’objet d’une réhabilitation de grande envergure. Pour les 69 commerçants fixes du marché et les Bois-Colombiens qui sont nombreux à y faire leurs achats, c’est une grande réussite.
Ouvert en 2002, le nouveau parking des Aubépines, comprenant 331 places de stationnement sur trois niveaux, permet de préserver l’attractivité du centre ville et de sa zone commerçante en facilitant le stationnement durant la journée, plus particulièrement les jours de marché et en fin de journée.
• Projet : un accord avec l’Etat pour 60 000 m2 d’activités supplémentaires. Outre l’ouverture au public du parc, 2006 verra la construction d’un hôtel de 80 chambres à côté de l’immeuble Colgate, l’installation progressive des commerces, puis l’aménagement des terrains situés entre la rue du Capitaine-Guynemer et l’avenue de l’Europe et ceux localisés entre la rue des Minimes et la rue Raoul-Nordling.

Environnement : réhabiliter, embellir, verdir pour rendre la ville plus agréable à vivre et à regarder est la priorité.
•En 1995, la nouvelle municipalité se fixe pour objectif de réhabiliter en priorité le patrimoine communal. Emblématique du programme de réhabilitation des équipements, la modernisation de la Philotechnique est engagée en 1997 et s’achève en septembre 1998 .
•Initié en 1997, dans le prolongement de la loi Malraux, le plan communal de ravalement constitue une priorité de la politique municipale. Ce programme concerne 10 secteurs et de 40 à 60% des 3 000 habitations individuelles ou collectives de Bois-Colombes. Dans chaque secteur concerné, les propriétaires sont tenus de procéder à la remise en état des façades et des parties communes s’ils ne l’ont pas fait depuis dix ans.

• En 1999, la Ville vote une révision du Plan d’Occupation des Sols pour protéger le secteur pavillonnaire, limiter les hauteurs des constructions neuves et exiger des promoteurs deux fois plus de plantations d’arbres.
• Le plan vert est présenté en 2003. Très ambitieux, il prévoit un doublement des espaces verts, grâce à l’ouverture du Parc des Bruyères, une préservation des arbres les plus remarquables de la ville, un renouvellement progressif des arbres malades, une diversification des essences, un accroissement du patrimoine arboré, un effort particulier en matière de fleurissement et des actions de sensibilisation à l’environnement en direction des petits et des grands.


Générations :De nouveaux services pour de nouvelles attentes
Se traduisant par une progression des effectifs scolaires, le rajeunissement de Bois-Colombes est une chance et un défi à relever. Il y a bien sûr les écoles qu’il faut construire ou agrandir. Il faut aussi prendre en compte les besoins en matière de garde pour les tout-petits, d’équipements sportifs ou de loisirs, de services périscolaires…
• C’est en 1999 que l’école F.-Dolto ouvre ses portes en accueillant 230 enfants… En 2005, l’ouverture de l’école "La Cigogne" et l’extension de l’école Gramme en 2006, confirment le rajeunissement de Bois-Colombes.
• Grâce à la création du jardin d’enfant R.-Bain en septembre 1999 et aux extensions de la crèche Victor-Hugo en 1997 et en 2000, 70 places supplémentaires ont été offertes aux familles. Le service petite enfance a été créé en 2003 afin d’harmoniser la politique «Petite enfance» de la commune et préparer la municipalisation des 4 établissements départementaux. Ce service gère désormais la totalité des places en crèches et facilite les démarches des parents en leur offrant un lieu unique d’accueil et d’information. Un premier contrat Enfance a été signé avec la CAF en 1999. En 2005, un nouveau contrat sera conclu pour accompagner les projets à venir comme la crèche des Bruyères.
• Des actions pour l’autonomie des personnes âgées et handicapées. Mis en place par la Ville et le CCAS en 1996, le succès remporté par les services d’aide à la personne du GASPA (livraison de repas, aide-ménagère, soins, garde de jour ou de nuit…) se confirme d’année en année. Un centre d’accueil pour les personnes atteintes d’Alzheimer ouvre en 1998 et, en 2002, une maison d’accueil spécialisé (MAS) de l’association Perce-Neige accueillant une trentaine de personnes. Pour répondre aux exigences réglementaires en matière de sécurité, deux établissements sont par ailleurs totalement rénovés en 2004 : la résidence du Cap et la résidence Ste-Marthe. Les personnes handicapées font, quant à elles, l’objet d’une charte Ville Handicap signée en avril 2003.
• Sport, détente, culture et loisirs : le Centre aquatique inauguré en 2003 est bien plus qu’une piscine. On y trouve 4 bassins, dont 1 de 25 , mais aussi des activités de remise en forme et de détente. Autre équipement sportif réhabilité, le gymnase de la Sauvegarde en 1997.
C’est en 1997 que l’espace Schiffers ouvre ses portes. Très vite, les cours et les stages proposés par ce nouveau lieu culturel et l’ouverture en septembre 2003, d’un studio d’enregistrement remportent un franc succès au-delà du quartier.



aa DÉCISIONS
Création d’une carte de stationnement »
Approuvées lors du dernier conseil municipal du 31 mai, les modalités de stationnement vont changer. Une carte permettra le paiement mensuel du stationnement sur les zones payantes de la commune. Valable un mois, elle devra être disposée sur le tableau de bord du véhicule et dispensera l’usager de mettre des pièces de monnaie dans les horodateurs. La carte sera délivrée par le point de paiement centralisé situé au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville ainsi qu’à la mairie de quartier. Un tarif réduit sera appliqué lors de l’achat de cette carte mensuelle à toute personne présentant sa carte grise et l’avertissement de la taxe d’habitation attestant de son statut de contribuable à Bois-Colombes. Les personnes physiques ou morales (professions libérales, sociétés, commerces… ) pourront bénéficier ou faire bénéficier leurs employés de cette disposition sur demande écrite accompagnée d’une copie de l’avertissement de la taxe professionnelle.
Les bénéficiaires devront, quant à eux, se munir de leur carte grise et d’une attestation de statut d’employé délivrée par leur entreprise.
Toujours dans un souci de simplification, la ville supprime la distinction entre zone de stationnement résidentiel et non résidentiel, une distinction instaurée en 1991.
Carte mensuelle : 50 e ; Résidents : 35 e ; 8 heures ouvrables de stationnement : 3 e ; 12 minutes : 20 centimes d’e .

Crèche familiale
Inauguration des nouveaux locaux
Le samedi 25 juin, la crèche familiale installée 15, rue Paul-Déroulède ouvrait ses portes. Les parents étaient invités à venir découvrir ses locaux tout neufs et à apprécier la qualité de ce nouvel équipement : accessibilité des personnes à mobilité réduite, local à poussettes, salle de jeux, bureaux, laverie et tout le matériel pour participer à des ateliers créatifs. Les enfants y viennent accompagnés par leurs assistantes maternelles afin d'y rencontrer d'autres enfants. Les 22 assistantes maternelles réparties sur l’ensemble de la commune peuvent ou non prendre part aux activités proposées aux enfants en fonction de leur âge : bébés entre 8 et 15 mois (matins d’éveil), moyens entre 15 mois et 2 ans (jardins d’accueil) et grands de 2 à 4 ans (jardins d’enfants). Ils peuvent aussi être accueillis dans les locaux de la crèche en cas d’absence de leurs assistantes maternelles. Renseignements : crèche familiale 15, rue Paul-Déroulède Tél. : 01 56 05 60 30 et service de la petite enfance à la mairie au 01 41 19 83 04.

Opération tranquillité vacances 2005
Avec la police

Partez tranquille en congés… A partir de cet été, la police municipale et la police nationale vont conjointement surveiller votre domicile pendant votre absence. Cette surveillance est personnalisée et gratuite. A cette effet, il suffit de vous rendre au poste de la police municipale ou au poste de police nationale de Bois-Colombes afin de remplir une fiche de renseignements confidentielle.
Police municipale 25, rue Mertens. Tél. : 01 56 83 87 50. Police nationale 87, rue A.-Guyot 92270 Bois-Colombes Tél. : 01 46 49 11 40.
Retrouvez dans le Journal (p. 2) quelques conseils simples et efficaces afin d’éviter les cambriolages.