Mairie de Bois-Colombes - 15, rue Charles-Duflos - 01 41 19 83 00
Valid XHTML 1.0 Transitional évenements passés
Voir tous les autres reportages



Ecoutez le texte avec ReadSpeaker Écouter l'article

Du 23 février au 4 mars 2019
Illustration de l'article Un Bois-Colombien sur les traces de l'Aéropostale

A 24 ans, Paul Montero vit son rêve de gosse en participant au raid Latécoère. Le jeune pilote survole l'Argentine, le long de l'ancienne ligne de l'Aéropostale "Ushuaïa-Buenos Aires".
Ce raid incroyable est organisé depuis 2007 pour entretenir la mémoire des lignes de l'Aéropostale et l'épopée des pionniers de l'aviation civile : les Jean Mermoz, Antoine de Saint-Exupéry, Henri Guillaumet...

Le raid étape par étape :
Durant 10 jours, à bord d'un Cessna 172 et avec 3 copilotes, Paul Montero va parcourir 3 000 km au-dessus de la Terre de Feu, de la Patagonie et de la Cordillères des Andes.
A chacune des 8 étapes, l'équipage a prévu des actions culturelles et solidaires : expositions, baptêmes de l'air, projets de construction d'école et dons de matériel.


Facebook : Paul Montero Envolée vers le raid Latécoère
Instagram : paul.d.montero.

Vous souhaitez soutenir son aventure ?
Faites un don via la Fondation Latécoère, sur le site fondationdefrance.org



Etape 1 : décollage samedi 23 février d'Ushuaïa

Dimanche 24 février : "Le tronçon Cordillère du Raid commence. C'est à Ushuaïa que nous avons pu faire nos premiers vols. Située en bordure de la baie de la Terre de feu, à proximité du canal Beagle, la ville est considérée comme étant la plus australe du monde. Plus bas, c'est l'Antarctique… Malgré une météo capricieuse, cette première étape fut l'occasion d'un vol magnifique dont je suis très heureux de vous montrer quelques instants." Paul Montero
En savoir plus…
avion
     
Etape 2 : El Calafate

Mardi 26 février "Après la Terre de Feu, les équipages du Raid se retrouvent à l'aéro-club Lago Argentino, à El Calafate. El Calafate est une petite ville de la province de Santa Cruz, située au bord de la rive sud du lac Argentino. Paysage typique de la Patagonie, la région abrite le "Perito Moreno », l'un des rares glaciers qui ne soit pas en recul dans le monde. De loin, ces montagnes semblent amicales...mais comme la rose du petit prince et ses piquants, mieux vaut ne pas s'y frotter !"
En savoir plus…
     
Étape 3 : Perito Moreno

Depuis El Calafate, les avions du Raid sont partis pour rejoindre la ville de San Carlos de Bariloche, aux portes de la Cordillère. Un bon en avant de 435 nautiques au-dessus d'un paysage impitoyable ! Comme au temps de l'Aéropostale, de telles distances ne se franchissent pas d'un coup. C'est la raison pour laquelle nous avons fait une escale technique sur la plateforme de l'aéro-club Lago Buenos Aires, près de la petite ville de Perito Moreno…"
En savoir plus…
 
Étape 4 : San Carlos de Bariloche

"De Perito Moreno, les avions sont finalement parvenus à San Carlos de Bariloche. 5 heures de vol au total depuis El Calafate. Un passage un peu abrupte avant de plonger vers le lac de Nahuel Huapi. Suisse? Italie? Autriche? Non non, juste un coin caché de l'Amérique du Sud !"
En savoir plus…
     
Étape 5 : Puerto Montt - Bariloche

San Carlos de Bariloche était une étape de dégagement de ligne de "l'Aeroposta Argentina", créée à partir du parcours déjà "défriché" par les Français, dans les années 1920 et 1930. Après cette étape, l'objectif suivant fut Puerto Montt, au Chili. C'est une ville de pêcheurs, porte d'entrée vers la Patagonie chilienne. Entre nous, un obstacle de taille: la Cordillère des Andes. La passer ne fut pas une mince affaire : il nous a fallu attendre que la couche nuageuse soit suffisamment parsemée pour monter au dessus, puis nous assurer que le temps au Chili nous permette également de nous y poser. Et de refaire la même chose en sens inverse.
Rien n'a vraiment changé depuis un siècle : il s'agit d'emprunter une route praticable, à travers l'une des plus hautes chaînes de montagnes du monde, avec des avions légers, chargés au maximum. Mais là où nous sommes aidés par des instruments modernes et des moteurs fiables, les pilotes de l'Aéropostale, eux, n'avaient que des moyens rudimentaires et devaient passer par tous les temps, parfois en cas de tempête, souvent au prix de leur vie. Du passage de la Cordillère à notre arrivée au-dessus du Pacifique, en passant par une mer de nuages, les situations et les expériences se sont enchaînées sans aucun temps mort !
En savoir plus…
     
Étape 6 (dernière étape) : Neuquén - Santa Rosa - Buenos Aires

Fin de la route. Les 1000 derniers kilomètres…
À mesure que nous nous sommes rapprochés de la capitale, les paysages se sont faits moins hostiles et plus habituels. C'est un peu comme un retour à l'état sédentaire. Nous sommes partis de Neuquén, au confluent des fleuves Rìo Neuquén et Rìo Limay, afin de rejoindre Buenos Aires, via Santa Rosa. Un dernier survol de la Patagonie, avant de se poser à Moròn.
Cette petite ville, près de la capitale, était la porte d'entrée vers les lignes de Mendoza, de la Patagonie et du Chili, mais également des lignes Uruguayennes (dans l'autre sens).
Le musée de l'aviation qui y est situé abrite notamment des pièces uniques, tels qu'un Farman, un Blériot XI, et même un Laté 25, avion avec lequel Jean Mermoz ouvrit les lignes Sud-Américaines.


"L'aérien pour relier les hommes"
C'est en survolant l'Argentine que cette idée de Pierre-Georges Latécoère prend tout son sens. Dans un pays grand comme quatre fois la France, où faire des centaines de kilomètres sans rencontrer personne est monnaie courante, l'avion s'est, il y a un siècle, imposé comme le seul moyen efficace de réduire les distances.
De nos jours, parler avec nos proches comme s'ils étaient à côté de nous, envoyer des messages, des photos : tout cela est naturel et instantané. Mais cette expérience nous aide à comprendre que, ce qui va de soit maintenant et que nous tenons pour acquis, était une vrai prouesse il n'y a encore pas si longtemps. Des gens ont donné leur vie pour que cela soit rendu possible.

Découvrir un pays aussi magnifique depuis le ciel aide également à mettre un certain nombre de choses en perspective. C'est une manière de découvrir ou redécouvrir toute la richesse de notre planète : des montagnes, des glaciers, des déserts vierges de toute présence humaine...

Il n'est pas nécessaire d'avoir une fibre écologique où d'être un/une engagé/ée de la première heure pour comprendre que tout ce que nous avons autour de nous, ce qui était déjà là et ce que nous avons gagné, que rien de tout cela ne nous est acquis. Tout se gagne, s'apprivoise, se cultive et se perd tous les jours.
Un très grand merci aux personnes qui m'ont suivies jour après jour dans cette aventure !

Si vous souhaitez soutenir la Fondation Lignes Aériennes Latécoère et Aéropostale, vous pouvez faire un don via le lien ci-dessous : https://dons.fondationdefrance.org/FONDATION_LATEC…/~mon-don

"L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre" -- Antoine de Saint-Exupéry (Un homme décidément bien utile si vous cherchez une citation classe).